Flash Infos:
L’Association médicale pour la réhabilitation des victimes de la torture (AMRVT) a organisé du 20 au 22 avril courant une caravane médicale au profit de : Cet autre Maroc tristement enclavé, livré à une insoutenable indigence : Idaousmlal, vous connaissez ? Ainsi les habitants de cette région ont bénéficié gratuitement de consultations médicales. « D’habitude lorsque nous sommes malades ont  fait preuve de patiente même lorsque nous avons : L’AMRVT a organisé une caravane médicale à Idaousmlal-Tafraout. Le Mardi 15 Décembre 2016, l’association médicale de réhabilitation des victimes de la torture (AMRVT), a organisé au sein de ses locaux un atelier de : Ateliers de sensibilisation au diabète : Atelier de travail sur la documentation médico-légale avec l'organisme danois Dignity rt : Participation du Dr El Manouzi à une émission débat sur les droits de l'Homme Tanogha est une commune rurale dans la province de Béni Mellal de la région Tadla-Azilal du Maroc. Ayant une population d’environ 10874 personnes vivant dans : Caravane Médicale de TANORHA L’Association Médicale de Réhabilitation des Victimes de la Torture, a organisé une caravane médicale le lundi 8 AOUT 2016 ,au profit des victimes directes et indirectes des : Caravane médicale au village d’Ait Lahcen Ou Ali à Tafraout   Tazmamart se situe dans la commune de Kerss-Tiilaline, arrondissement d’ER-RICH, province de Midelt. C’est un petit village entre deux montagnes, auquel on ne peut accéder : CARAVANE MEDICALE à TAZMAMART   Le centre de soin de l’association médicale de réhabilitation des victimes de la torture a organisé le Mardi 26 Avril 2016 un atelier de sensibilisation : Atelier de sensibilisation sous le thème de l’ostéoporose Sortie détente et découverte   L’association médicale de réhabilitation des victimes de la torture a organisé le Vendredi 27 Juin 2016, une sortie détente et découverte en : Thérapie de groupe: Sortie détente et découverte Atelier de sensibilisation : Thème : l’ostéoporose   Le centre de soin de l’association médicale de réhabilitation des victimes de la torture a organisé le Mardi 26 Avril 2016 un : Atelier de sensibilisation : Thème : l’ostéoporose Sortie balade et découverte   L’association médicale de réhabilitation des victimes de la torture a organisé le Vendredi 18 Mars 2016, une sortie balade et découverte en : Thérapie de groupe: Sortie balade et découverte Commémoration de la journée de la femme   Le 8 mars 2016 a été organisée une fête à l’occasion de la journée internationale de la femme au : 8 Mars 2016 Commémoration de la journée de la femme Atelier de sensibilisation : Thème : la dépression   Le centre de soin de l’association médicale de réhabilitation des victimes de la torture a organisé le vendredi 26 février 2016 : Atelier de sensibilisation : sous le thème de la dépression Soirée Hommage aux femmes victimes de torture, aux mères et épouses des victimes de torture et de disparition forcée   L’association médicale de réhabilitation des victimes de : Soirée Hommage aux victimes de torture, aux mères et épouses des victimes de torture et de disparition forcée   Atelier de sensibilisation à l’importance du contrôle de la tension artérielle   Le centre de soin de l’association médicale de réhabilitation des victimes de la torture a : Atelier de sensibilisation à l’importance du contrôle de la tension artérielle Nous condamnons l'attaque  ignoble perpétrée contre Charlie Hebdo. C’est un attentat commis contre la démocratie, la liberté d’expression et toutes les croyances religieuses.  Aujourd'hui la disparition : L’AMRVT CONDAMNE l’ACTE TERRORISTE CONTRE L’HEBDOMADAIRE FRANÇAIS « CHARLIE » Ce Samedi 13  septembre 2014, les militant (e)s de l'AMRVT (Association Médicale de Réhabilitation des Victimes de la Torture) ont été de nouveau surpris par : UNE SEMAINE APRES, LE SIEGE DE L’AMRVT A CASABLANCA DE NOUVEAU SACCAGE Dans le cadre de l’échange des expériences des pays sur les commissions  de vérité , la délégation tunisienne de l'instance Vérité et Dignité a visité : Visite au siège de l’AMRVT de la délégation tunisienne de l'instance Vérité et Dignité 5 septembre 2014 Plusieurs décennies après leur détention, les victimes des «années de plomb» traînent encore de lourdes séquelles physiques et psychologiques. Témoignages de médecins. Portraits de victimes de : Maroc: Ces torturés de Hassan II qui ne s'en remettront jamais Le CCDH a entamé, vendredi 16 novembre, l’opération de distribution de cartes assurant la couverture médicale de base aux victimes des violations des droits de : Distribution des cartes de couverture médicale par le CCDH La torture est un crime et une sévère violation des droits humains. Malgré le fait que la torture est illégale – de tout temps et en : Investigation et documentation de la torture

“On n’a pas vu le soleil pendant 18 ans”


  06 Feb 2014 - 16:57   lu 2572 fois   0 commentaires   Nos activités
“On n’a pas vu le soleil pendant 18 ans”

“On n’a pas vu le soleil pendant 18 ans”

Compagnons de cellule... A. et M. ont été détenus pendant 18 ans dans la prison secrète de Tazmamart. Ils ont aujourd'hui 61 ans.
"A l'extérieur, tout le monde savait que ce bagne existait mais personne ne savait ce qui se passait à l'intérieur", raconte A. "Nous étions 58 répartis sur 2 bâtiments", continue M. "Une trentaine sont morts là-bas. Il y a eu 28 survivants ou plutôt morts vivants. A notre libération, il a fallu réapprendre à vivre, à marcher, à parler".
A. et M. ont été détenus pendant 18 ans dans l’une des pires prisons secrètes du Maroc à Tazmamart. Cellule n°5 pour l'un et n°12 pour l'autre.
Tous deux s'étaient engagés dans l'armée de l'air. Ils travaillaient dans la même caserne jusqu'au mois d'août 1972 où ils ont été arrêtés après le second coup d'état manqué contre l'avion royal d'Hassan II. "Les véritables coupables nous ont disculpés devant le tribunal car nous n'avions rien fait. Mais le roi avait donné des ordres car c'était des militaires qui avaient tenté cet attentat et il voulait donner l'exemple du châtiment. Nous avons été condamnés à 20 ans et là, le temps s'est arrêté", expliquent les deux compagnons.
Après des séances de torture, ils sont transférés à la prison de Tazmamart où ils passeront 18 ans. Dix huit longues années de mauvais traitements dans une cellule de 2 mètres sur 3 posée sur une dalle de béton. "Un broc. Une assiette. Deux vieilles couvertures. Pas de matelas. Pas de douche. Pas de savon. Pas de médicaments", énumère A. le regard perdu. "On n'avait pas le droit de sortir. Je n'ai pas vu le soleil pendant 18 ans", ajoute-t-il en regardant M. qui répond aussitôt : "je ne me suis pas lavé les cheveux pendant 7 ans, je crois. Un jour, je suis tombé sur un bout de fer alors j'ai pu les couper. Au fil des mois, les gardiens entraient dans les cellules avec des feuilles de menthe dans les narines, tellement ça sentait mauvais. En hiver, quand il neigeait ma cellule était inondée, je passais parfois 48 heures debout".
Les jours, puis les mois, puis les années se sont enchaînés. Les gardiens se contentaient de nourrir, c'est un grand mot, les prisonniers qui mouraient à petit feu. "C'était ça leur torture : nous laisser mourir tout doucement. Leur seule consigne était de nous tenir enfermés. Un jour, au début, un détenu est tombé malade. On s'est dit que les gardiens n'allaient pas le laisser comme ça mais quand il est mort, on a compris. On tapait de toutes nos forces contre les murs. Le directeur est arrivé et nous a dit que ce n'était pas le premier. Des détenus ont dû rouler le corps dans une couverture et ils l'ont enterré eux-mêmes dans la coure qui était devenue un cimetière. Le directeur était un alcoolique, sadique. Il se réjouissait de nous voir ainsi. Il a demandé à ne pas être informé si un détenu était malade. Et quand ce dernier mourait, les gardiens avaient ordre de dire que "la bouteille de coca était cassée et qu'il fallait jeter les débris". C'était un code pour qu'on ne sache rien mais on a vite compris".
Puis un beau jour, 18 ans plus tard, la prison de Tazmamart a libéré ses détenus. Des "zombies" diront certains, ont franchi la porte, les mains dans le dos menottées, les yeux bandés, une djellaba sur le dos. Et le transfert a commencé. "Les choses ont commencé à bouger dans les années 90 avec la sortie du livre de Gilles Perrault "Notre ami le Roi". On nous a rendus à nos familles comme ça. J'avais peur de l'avenir, de la vérité. Je ne savais pas si ma mère était vivante. J'ai des problèmes de vue, des bronchites", raconte M. "Moi j'avais beaucoup d'espoir mais je me suis rendu compte qu'on nous avait oubliés, abandonnés. Aujourd'hui, on n'a aucun droit, pas de retraite. A notre âge, on ne peut plus travailler. On a beaucoup souffert moralement. Je me rappelle que je ne dormais pas, je faisais des crises de nerf... C'est difficile de s'intégrer dans la société. Il n'y a que les associations qui nous apportent un peu de calme, de sérénité".

 



Commentaires (0 posté)


total: | Affiché:

Postez votre commentaire